Saison 2019/2020

PLUS QU’UN FESTIVAL UNE SAISON AUTOUR DE LA GUITARE SUR LE TERRITOIRE ALPIN !

Jeunes talents, création, décloisonnement, intergénérationnel et dimension internationale sont les axes majeurs de « Guitare en Alpes ». Ainsi le Festival International est le temps fort d’une saison qui s’étend de septembre à mai, au cours de laquelle de nombreuses structures sociales, éducatives et culturelles prennent part sur l’ensemble du territoire alpin, en France, en Italie et en Suisse. 

Jeunes Talents

« Si la musique c’est la vie, l’apprentissage de la musique peut-être l’apprentissage de la vie elle-même » – Peter Brook

Scènes tremplins

Fort de son expérience de pédagogue Jérémy Jouve, professeur au CRR de Paris, au Conservatoire de Genève et directeur artistique de « Guitare en Alpes » a à cœur de transmettre et de partager son expérience de la scène, car il sait ô combien elle est formatrice. Par « Guitare en Alpes » il souhaite donner l’opportunité aux jeunes talents de se produire sur scène en récital ou musique de chambre et ce tout au long de l’année, et dans le cadre du Festival International, afin de faire connaitre sur le territoire alpin la guitare classique d’aujourd’hui et de demain ! Le public conquis découvre à la fois avec joie l’immense talent de cette jeunesse et le répertoire guitaristique ! 

Mentorat

Pour Xavier Greffe l’artiste est devenu un « artiste-entreprise ». La motivation économique est un lieu important et l’artiste est devenu un « nœud de contrats comme l’entreprise ».

Il n’est plus seulement l’entrepreneur de son propre talent déléguant la gestion économique de son art à d’autres. Il est devenu son propre entrepreneur. L’artiste se situe aujourd’hui à la confluence de deux dynamiques de production, artistique et économique, dont il doit assumer la dualité.

Conscient de ces enjeux Jérémy Jouve souhaite accompagner les jeunes interprètes autrement. Certes des scènes tremplins et des mastersclass et stages sont proposés, mais également un programme de mentorat. Les jeunes interprètes sélectionnés pour la saison bénéficient d’un accompagnement privilégié sur les thématiques suivantes: communication, droits, environnement entrepreneurial de l’artiste, outils stratégiques …

Compositeurs en résidence

Offrir du temps long aux compositrices et compositeurs pour favoriser le développement du répertoire de la guitare classique telle est l’ambition de « Guitare en Alpes » tout en développant un réseau de création et de diffusion à l’échelle internationale pour garantir une large diffusion des œuvres. C’est pourquoi un programme de trois ans minimum est proposé aux artistes en résidence afin qu’ils créent des œuvres pour guitare seule, pour musique de chambre avec guitare et pour guitare et orchestre. 

Karol Beffa

Première année de résidence pour Karol Beffa.

L’acte I est la restitution du travail des élèves dans le cadre de la résidence Guitare en Alpes au Conservatoire de Paris en décembre 2019, donnant une première lecture du concerto pour deux guitares et orchestre de Karol Beffa sous la baguette de Xavier Delette avec Jérémy Jouve, Gérard Abiton.

Concerto dont la création mondiale sera donnée par l’Orchestre des Pays de Savoie le dimanche 17 mai dans le cadre de la deuxième édition du Festival International Guitare en Alpes.

D’origine polonaise, fils d’une mère linguiste et d’un père mathématicien, Karol Beffa débute une carrière d’acteur à l’âge de sept ans. À la télévision, il interprète notamment le jeune Mozart dans un film de Marcel Bluwal, avant de se diriger vers la musique. Il reçoit dans un premier temps l’enseignement de la pianiste Marthe Nallet, élève de Nadia Boulanger, et intègre à quatorze ans le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, où il décroche huit premiers Prix (harmonie, contrepoint, fugue, musique du XXe siècle, orchestration, analyse, accompagnement vocal, improvisation au piano).

En parallèle de ses études musicales, Karol Beffa mène un brillant parcours intellectuel. Reçu premier à l’École Normale Supérieure, il étudie successivement l’histoire, l’anglais, les mathématiques, et obtient un Master en philosophie à l’Université de Cambridge. Il est diplômé de l’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique (ENSAE ParisTech). Reçu premier à l’agrégation de musique, il enseigne à l’Université Paris IV-Sorbonne puis à l’École Polytechnique. Il a obtenu en 2003 le titre de docteur en musicologie à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) grâce à une thèse portant sur les Études pour piano de György Ligeti. Depuis 2004, il est Maître de conférences à l’École Normale Supérieure. Sur la proposition du mathématicien Pierre-Louis Lions, le Collège de France l’a élu à la chaire de création artistique pour l’année académique 2012/2013.

Compositeur, ses œuvres ont été jouées par des ensembles aussi célèbres que la Maîtrise de Radio France, le Chœur de l’Orchestre de Paris, la maîtrise de Notre-Dame, et par les plus grands orchestres : l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de France, l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, le London Symphony Orchestra, la Philharmonie de chambre de Saint-Pétersbourg, l’Orchestre de la radio slovaque, l’American Wind Symphony Orchestra, l’Orchestre de chambre de Brême…

Par ailleurs, il se produit régulièrement en tant que pianiste concertiste et improvisateur lors de lectures de textes et séances de cinéma muet. En 2014, il est le premier pianiste au monde à accompagner l’intégralité de la version restaurée des Misérables d’Henri Fescourt (performance de plus de six heures).

En 2013 et en 2018, il est élu Compositeur de l’année aux Victoires de la musique classique, en 2016 il obtient le  Grand Prix Lycéen des Compositeurs ainsi que le prix décerné par les professeurs de musique de ce même concours. En 2017 il reçoit le Grand Prix de la musique symphonique de la SACEM pour l’ensemble de sa carrière.

Il vient de faire paraître le CD De l’autre côté du miroir (Indesens), ainsi que Anagrammes à quatre mains. Une histoire vagabonde des musiciens et des leurs œuvres (Actes Sud, en collaboration avec Jacques Perry-Salkow) et un roman graphique sur la vie de Ravel : Ravel. Un imaginaire musical (Le Seuil/Delcourt, en collaboration avec Guillaume Métayer et Aleksi Cavaillez).

Thierry Escaich

« Guitare en Alpes » est fier d’accueillir Thierry Escaich pour sa première année de résidence. 

L’acte I de cette résidence est la commande d’un concerto pour orchestre et guitare en partenariat avec l’Orchestre des Pays de Savoie. Ce concerto sera créé lors de l’édition 2021 du Festival International « Guitare en Alpes ».

Comme compositeur, Thierry Escaich aborde les genres et les effectifs les plus variés, dans une quête incessante de nouveaux horizons sonores. Son œuvre comporte une centaine de pièces, qui séduisent un large public par leur lyrisme incandescent et leur rythme implacable. Se situant dans la lignée de Ravel, Messiaen et Dutilleux, et ne refusant pas les apports des musiques populaires ou les éléments d’inspiration sacrée, le monde sonore d’Escaich s’appuie sur un élan rythmique obsessionnel et de puissantes architectures. 

Son style si personnel transparaît aussi bien dans l’intimité de sa musique de chambre que dans de vastes fresques comme Chaconne pour orchestre, l’oratorio Le Dernier Évangile ou le double concerto pour violon et violoncelle Miroir d’ombres. Son premier opéra, Claude, sur un livret de Robert Badinter d’après Claude Gueux de Victor Hugo, a été créé à l’Opéra national de Lyon en mars 2013 et a reçu les éloges de la critique. Parmi ses compositions les plus récentes, citons La Nuit des chants, concerto pour alto écrit pour Antoine Tamestit, commande de l’Orchestre philharmonique de la Radio néerlandaise et du NDR Elbphilharmonie, et Quatre Visages du temps (troisième concerto pour orgue), créé au Japon, dont la création européenne a été donnée par Escaich et l’Orchestre national de Lyon en novembre 2017. 

Les pièces de Thierry Escaich sont inscrites au répertoire des plus grands orchestres aussi bien en Europe qu’aux États-Unis, et à celui de musiciens tels que Lisa Batiashvili et François Leleux, Valery Gergiev, Paavo Järvi, Alan Gilbert, Alain Altinoglu, Louis Langrée, Renaud et Gautier Capuçon, Emmanuelle Bertrand et Paul Meyer. Il a été compositeur en résidence à l’Orchestre national de Lyon, à l’Orchestre national de Lille et à l’Orchestre de chambre de Paris et a reçu quatre Victoires de la musique (2003, 2006, 2011 et 2017). Il enseigne depuis 1992 l’improvisation et l’écriture au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP), où il a remporté lui-même huit premiers prix. En 2013, il a été élu à l’Académie des beaux-arts de l’Institut de France. En 2018, il a été le compositeur à l’honneur du festival Présences de Radio France, à Paris. 

Thierry Escaich a également beaucoup composé pour son propre instrument : pièces solistes, musique de chambre, trois concertos, et La Barque solaire, poème symphonique pour orgue et orchestre. Son Premier Concerto pour orgue a été joué notamment par le Philadelphia Orchestra et l’Orchestre national de Lyon, et a été sélectionné comme un incontournable du répertoire d’orgue par le magazine Gramophone : « Son concerto exploite toute la palette sonore et l’orchestre et de l’orgue en trois mouvements électrisants, le second mouvement enflant jusqu’à un sommet impressionnant, qui n’est surpassé que par la fracassante coda du finale ».

La carrière de compositeur de Thierry Escaich est étroitement liée à celle d’organiste, à l’instar de Maurice Duruflé – auquel il a succédé comme organiste titulaire de Saint-Étienne-du-Mont à Paris ; il est aujourd’hui l’un des principaux ambassadeurs de la grande école française d’improvisation. Il se produit en récital dans le monde entier, mêlant les œuvres du répertoire à ses propres compositions et à des improvisations. Sa passion pour le cinéma l’amène à improviser régulièrement au piano comme à l’orgue sur des films muets tels que Le Fantôme de l’Opéra et Metropolis.

Parmi les événements marquants de la saison 2019/2020, citons la création mondiale de son deuxième opéra, Shirine, à l’Opéra de Lyon en mai 2020 sous la direction de Martyn Brabbins, et la création mondiale d’une nouvelle pièce orchestrale, Ritual Opening, au Festival Gergiev de Rotterdam en septembre 2019. Escaich fait également ses débuts avec l’Orchestre symphonique de Boston dans la Troisième Symphonie de Saint-Saëns et donne de nombreux récitals, notamment dans le cadre du Festival Gergiev de Rotterdam, au Konzerthaus de Vienne, à la Philharmonie de Dresde, à la salle du Mariinski (Saint-Pétersbourg) et à la Philharmonie de Wrocław.

Les différentes facettes de son art s’illustrent dans une discographie abondante, largement récompensée et publiée notamment chez Accord/Universal et Indésens. Récemment, son disque Baroque Song, enregistré par l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, a été publié chez Sony Classical et encensé par la critique. Le CD Les Nuits hallucinées (2011), qui couronne sa résidence auprès de l’Orchestre national de Lyon, a reçu de nombreuses distinctions, notamment un « Choc de l’année » de Classica. La création mondiale de Claude à l’Opéra de Lyon a été publiée en DVD (BelAir Classiques).

François Meïmoun

Première année de résidence pour François Meïmoun.

L’acte I de cette résidence est la commande d’œuvres pour guitare seule et d’un concerto pour guitare et orchestre. 

Dès 2021 les œuvres pour guitare seule seront créées dans le cadre du Festival International « Guitare en Alpes ».

Né en 1979, François Meïmoun poursuit ses études au CNSM de Paris auprès de Michael Levinas, à l’Université Sorbonne-Paris IV et à l’Ecole des Hautes Etudes (thèse sous la direction d’Alain Poirier).

Ses œuvres sont jouées par de le Quatuor Arditti, Quatuor Ardeo, Quatuor Voce, Quatuor Tana, Christophe Desjardins, Alain Billard, Chen Halevi, Olivier Patey, Hélène Tysman, Sébastien Vichard, Vanessa Wagner, Marc Coppey, les Percussions de Strasbourg, l’Ensemble Court-Circuit, l’Orchestre Philharmonique de Radio France et programmées dans des festivals en France (Festival d’Aix-en-Provence, Théâtre des Bouffes du Nord, Musica, ManiFeste, festival de Chambord, les Rencontres de la Prée, Centre Beaubourg, festival de Pâques de Deauville, ProQuartet) et à l’étranger (Festival Zeitkunst à Berlin, Festival Belo Horizonte au Brésil).

Il est en résidence à l’Abbaye de la Prée entre 2011 et 2012, et en résidence au festival de Chaillol pour lequel il compose Tara, premier volet du portrait musical d’Antonin Artaud. Il participe à l’Atelier Opéra en création’ au festival d’Aix-en-Provence 2013 où est créé son Quatuor II. Il compose actuellement un Portrait de Paul Celan pour l’Ircam et les Percussions de Strasbourg et son premier opéra sur Francis Bacon pour le Théâtre des Bouffes du Nord. Il prépare la suite de son portrait d’Antonin Artaud pour l’Ensemble Intercontemporain (Saison 2019-2020).

Ses œuvres sont éditées chez Durand-Universal.

Mathias Duplessy​

Deuxième année de résidence pour Mathias Duplessy

L’an dernier, le Festival International « Guitare en Alpes » a commandé à Mathias Duplessy deux œuvres pour guitare seule, dédiées à Jérémy Jouve, créées le 4 mai 2019 au Théâtre Charles Dullin de Chambéry. Les classes de guitares de Chambéry, l’ensemble de guitares des élèves des conservatoire d’Aix-les-Bains et Bassens avaient également interprété sur scène deux de ses compositions, Par tous les chemins et Hommage à Ennio Morricone (part 1 & 2) initialement commandées par le Festival Drôme de Guitares. Pour cette nouvelle saison de nouvelles œuvres pour guitare seule et musique de chambre ont été commandées en vue d’un enregistrement futur.

Mathias Duplessy a toujours été un amoureux du cinéma. Son style très mélodique, mélange des instruments ethniques aux guitares acoustiques, aux cordes, flûtes et voix… Une dizaine de longs métrages a son actif, il travaille régulièrement à Bombay pour la mouvance du nouveau cinéma indien, en France et au Maroc.

Grand amoureux de Ravel, Stravinski, Gismonti, il compose régulièrement des pièces pour guitare ou musique de chambre qui sont jouées par des concertistes comme Jérémy Jouve.

Il produit, réalise, arrange et compose ou simplement enregistre pour des artistes aussi variés que Sophia Charaï, les Mouettes, Dikes, Bevinda, Ameth Male, Enzo Enzo, Nicola Tescari, Shakara, Shankar Mahadevane, Ranjit Barot, Armand Amar, Sylvia Malagugini, Nadéah, Mukhtiyar Ali, Debout sur le Zinc, Lili, Bussy…

Il s’illustre sur scène dès l’âge de 18 ans et accompagne comme guitariste les artistes « World » de la scène française et internationale : Sophia Charaï, Bevinda, Monica Passos, Nico Morelli, Dikes, Omar Pene…

Depuis peu, il privilégie ses propres projets comme le trio Cavalcade ou Les violons du Monde.

Les Masterclass & Stages

Transmettre, quelque soit le niveau et le désir ou non de devenir professionnel est l’une des priorités de « Guitare en Alpes ». Au programme de la saison 2019-2020 : ateliers d’initiation à la musique d’Argentine, stage, master classe, interventions et rencontres de certains artistes du festival, des compositeurs en résidence et échanges européens avec les Conservatoires de Genève et d’Aoste pour les élèves des classes de guitare des Conservatoires d’Aix-les-Bains, de Chambéry et de l’école intercommunale Onde & Notes. Le programme pédagogique de « Guitare en Alpes » permet aux élèves participants de jouer aux premières parties des concerts du Festival leur donnant une occasion unique de partager la scène avec des professionnels et de rencontrer les élèves de la région alpine. 

© Mirta Alvarez

Mirta Alvarez à l’honneur cette année !

Guitariste soliste de tango, arrangeur et professeur, Mirta Alvarez embrasse sa guitare depuis ses 8 ans. Originaire de la Province de Buenos Aires, Mirta est diplomée de l’ École de musique populaire d’Avellaneda  (EMPA), institution publique d’enseignement des musiques populaires, première en son genre en Amérique du Sud. Elle y a reçu l’enseignement d’ Aníbal Arias  en guitare tango, et de Kelo Palacios pour celle du folklore. Instrumentiste Supérieur en Musique Populaire, spécialité Tango, elle enseigne dans cette école depuis presque dix ans la guitare (Guitare Tango et Introduction à l’instrument) ainsi que l’Histoire et l’Appréciation du Tango.

L’histoire, l’écoute et l’analyse du tango ont enrichi sa formation, alors qu’elle trouve dans la pratique de la danse et ses improvisations une inspiration profonde pour ses interprétations. Du côté de la recherche musicale, elle interprète ses propres arrangements, et transpose à la guitare la musique des orchestres les plus représentatifs du tango. Elle s’attache à faire dialoguer musique et poésie à travers des pièces instrumentales et chantées, qui vont de la « Guardia Vieja » à Astor Piazzolla, sans oublier ses propres compositions.

Elle a aussi accompagné les voix du «Dúo Salteño», Néstor Fabián, Cardenal Domínguez, et collaboré à de nombreux enregistrements: «Gauchos Modernos» de Javier Sánchez, «Versos de Amor» de Tucumán Cuatro, «Divinitus 21 Tangos» d’Alejandro Caputo. Elle a collaboré en 2015 au dernier album de Susana Rinaldi, « Conmigo »  et au dernier album de Sandra Luna.

Le Centre Hospitalier Spécialisé de la Savoie

Le CHS de la Savoie est un établissement public de santé dont la mission est de dispenser des soins en santé mentale (psychiatrie générale adulte, psychiatrie infanto juvénile, psychopathologie de l’adolescent) à la population de l’ensemble du département de la Savoie, soit 420 000 habitants environ.

Parce que la psychiatrie, plus que toute autre discipline médicale, a vocation à prendre en charge la personne malade dans toutes ses dimensions, le CHS associe de façon inédite à son travail médical un projet culturel qui fait partie intégrante du projet d’établissement. Il s’inscrit notamment dans le dispositif « Culture et Santé ».

Création d'un « Concert de mots » par les patients du CHS

François Chaffin, auteur, metteur en scène et acteur partagera le plateau avec un musicien et 10 à 12 patients du CHS de la Savoie, pour donner à voir et à entendre un spectacle, fruit d’un travail de création littéraire et sonore.
 

Ce spectacle est l’aboutissement d’un projet porté par le CHS et Guitare en Alpes, articulé en deux mouvements : « l’écriture » et « la création scénique ».

Samedi 16 mai 2020 – 14h30

Les scènes tremplin sont ouvertes au public, gratuites et sur réservation.

 

 

 

– Ouverture des réservations prochainement –

 

 

 

 

La Ferme de Bressieux
297 Route de la Ferme
73000 Bassens

Au lycée Marlioz, une année autour de la guitare !

Sous l’impulsion de Ghislaine Béolet, professeur d’espagnol au sein du Lycée Jean Marlioz d’Aix-les-Bains, toutes les classes d’espagnol du lycée suivent le programme « la guitare en terres hispaniques». 

Ce programme inclut notamment :
    – des interventions en classe pour présenter les métiers méconnus de la culture (régisseur.se général.e, ingénieur.e son et lumière, chargé.e de production, responsable billetterie, …) ;
    – création d’un conte collectif ;
    – partager la scène avec les artistes lors de l’ouverture du Festival.

L'intergénérationnel

Tout au long de l’année, les jeunes talents sélectionnés et les élèves des conservatoires d’Aix-les-Bains et de Chambéry vont à la rencontre de nos aînés dans les maisons de retraite, résidences ou foyer. Ces temps d’échanges permettent aux jeunes étudiants de se familiariser à la scène et de permettre aux résidents de profiter d’un temps de joie et de partage ! Au moment du Festival les résidents ayant profité du programme sont invités à leur tour à se rendre sur les lieux des concerts.